Patch virtuel pour vous aider et aider les autres à arrêter de fumer.

Le patch s'actualise quotidiennement et affiche le nombre de jours depuis votre arrêt de la cigarette.

Arreter de fumer sans grossir

La majorité des fumeurs savent que l'arrêt du tabac s'accompagne en général d’un certain gain de poids. Cela peut parfois finir par l’emporter sur leur dernière motivation à arrêter définitivement. Pourtant, il existe des règles peu compliquées pour éviter ces kilos en trop. Celles-ci intéresseront notamment les femmes qui sont les plus touchées par ce problème de surpoids lié à l'arrêt de la cigarette. C’est d’ailleurs l'une des premières causes qui les poussent à la rechute. Chez ces personnes, il faut peut être simplement rectifier le point de vue. Plutôt que de voir une surcharge dans les poids gagnés à l’arrêt du tabac, il faudrait les envisager comme un mécanisme très sain. Il est normal que l’on prenne 3 à 5 kg à l’arrêt du tabac. Le fait étant que la nicotine fait brûler plus de calories, les fumeurs consomment ainsi près de 200 calories de plus que les non fumeurs. Au moment du sevrage, ces calories restent disponibles et sont à l’origine de la prise de poids.

Là où la prise de poids devient préoccupante, c’est lorsque le fumeur sevré gère mal son mécanisme de compensation du manque nicotinique. Cette compensation se fait généralement par une propension à grignoter (ho que c'est pas bien de grignoter entre les repas !). Or, l’on sait que celle-ci favorise une prise de poids rapide. Si l’on veut enrayer le cercle d’une trop grande prise de poids à l’arrêt du tabac, il vaut mieux privilégier une alimentation équilibrée. L’équilibre s’apprécie autant en qualité qu’en quantité, mais surtout en fréquence. Il vaut mieux manger à satiété des aliments sélectionnés, lors des trois repas, qu’avaler un peu de tout à n’importe quel moment. Si le désir de grignoter est vraiment irrépressible, les en-cas seront constitués de barres céréalières ou de légumes crus. Le recours aux substituts s’avère ici pertinent.

En atténuant les effets du manque de nicotine, les diverses formes proposées en pharmacie conditionnent l’organisme à mieux réagir à l’arrêt et contrôlent les pulsions alimentaires. Pendant le premier mois de l'arrêt, il est recommandé de mâcher des gommes nicotinées ainsi que de s'armer de patchs. Après un mois, il faut arrêter le traitement à base de compléments nicotiniques car l'objectif est de perdre la dépendance à la nicotine. On peut remplacer les gommes par des pommes ou autres fruits. C'est une manière beaucoup plus saine de combattre la sensation de faim. Il est également conseillé de boire beaucoup d'eau surtout pendant la sensation de manque. Il ne faut pas hésiter à boire jusqu'à trois litres d'eau par jour. Les conseils d'un médecin peuvent s'avérer utiles. Il est même encouragé de se faire suivre par un tabacologue afin de se sentir accompagné et ne pas se tromper dans les règlements à suivre.

Il est possible de faire appel à d'autres objets qui rappellent la cigarette. Ainsi, on peut garder les mêmes positions des doigts et les mêmes occupations. On peut notamment citer le bâton de réglisse ou des bonbons à sucer sans sucre. Bien sûr, il ne faut pas en abuser au risque de se faire plus de mal que de bien. Autre conseil précieux, ne pas tomber dans le piège de la prévention de la prise de poids. L’on constate que, par peur de grossir à l’arrêt du tabac, certaines personnes anticipent et commencent un régime quelques jours ou semaines avant le début du sevrage. Pourtant, les spécialistes trouvent que c’est le meilleur moyen pour rater sa démarche. Le régime comporte toujours une part de privation, le sevrage en constitue une plus importante encore. Un moral moyennement entamé n’est pas tout à fait le meilleur complice pour démarrer un sevrage dans les règles de l’art. La période de sevrage tabagique est, sinon, le meilleur moment pour reprendre le sport et adopter une nouvelle hygiène de vie bien plus saine. Quelques petits changements de ses habitudes suffisent. On peut privilégier les escaliers au lieu des ascenseurs, marcher rapidement au lieu de traîner les pieds ou fréquenter une salle de gym. Si la fin d'une addiction devait marquer le début d'une autre, autant que ce soit au sport. Un respect de ces quelques règle simples devrait aider à passer efficacement le cap du sevrage, sans l’épisode d’une trop grande prise de poids. La présence de l’entourage est aussi particulièrement requise, tant pour soutenir le candidat au sevrage psychologiquement, que pour lui rappeler les petits pièges qui prédisposent à l’embonpoint.

Patch FacebookPatch Facebook